FabAfriq Magazine

Le Pape pardonne l’avortement

Dans une lettre publiée hier matin par le Vatican, le pape déclare : "pour le compte de l’année sainte allant du 08 décembre 2015 jusqu'au 26 novembre 2016, avec pour thème la miséricorde, tous les prêtres seront en mesure de pardonner pour avortement si les femmes se repentent "avec un cœur contrit".
Soulagement Pour les Femmes
Elles qui jusqu’ ‘ici continuent de subir toutes les foudres de notre société parce qu’ayant décidé d’interrompre volontairement leurs grossesses vont pouvoir pousser un ouf de soulagement. En effet nombreux sont celles qui pour une raison ou pour une autre ont été contraintes de prendre une telle décision.
Selon le père Stephen Wang de l'archidiocèse de Westminster à Londres, il pense que le pape essaye de soulager les souffrances des femmes après un avortement.



‘’C'est intéressant la façon dont il le dit dans cette lettre. La première chose qu'il souligne est combien il est important pour nous tous en tant que société, et en tant qu'individus de chercher à protéger les personnes vulnérables y compris les enfants qui ne sont pas encore nés. Et si vous voulez, il souligne la gravité de l'avortement et ce qu'il représente comme tragédie, ce sont ses propres mots - mais en même temps, et pour cette raison, il dit que nous devons tendre la main aux personnes qui souffrent à travers l'avortement, car dans de nombreux endroits, c'est très difficile de reconnaître la souffrance, il y a une sorte de déni. Et les femmes, les pères et grands-parents, les frères et sœurs ainsi que les mères ne savent pas vers qui se tourner’’, dit Stephen Wang à la BBC.
Et les Hommes ?
Cette décision bien que louable du pape, continue dans la même perspective que les autres dans la mesure où les hommes sont complètement déresponsabilisés. Intentionnellement ou non jetés aux oubliettes, notre société feint de ne pas savoir que cette décision d’avorter est généralement un compromis entre deux personnes. Les hommes qui sont autant responsables que les femmes et peut être même plus que ces dernières devraient être pointés du doigt. Car dans bien de cas, ils sont responsables de ses grossesses soit par viol, soit parce qu’ils refusent de jouer le rôle ou même refusent toute paternité. La conséquence immédiate dans bon nombre de sociétés nous la connaissons tous : abandonnées a elles-mêmes, sans personnes vers qui se tourner, elles décident d’avorter. Il est à souligner ici est que nos sociétés doivent changer le prisme à travers lequel elles analysent ce phénomène, en faisant égallement assoir les hommes  aux bancs des accusés. Les femmes ne devraient plus avoir à porter un tel fardeau seules. Cette attitude des hommes devraient attirer l’attention de nos législateurs et de nos religieux.

Photo Gallery

FabAfriq Facebook Activity