FabAfriq Magazine

La famille de Jonas Savimbi porte plainte contre l’éditeur du jeu Call of Duty

 

Plus d’une décennie après son décès, le fameux béret rouge de Jonas Savimbi, leader politique et chef de guerre du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), refait la une des médias. Cette fois-ci, non plus pour les actes de bravoure de cet homme, mais dans le jeu Call of Duty où on le voit haranguant les foules en ces termes : « Il faut les achever ».

De droite à gauche, Alleluia Savimbi, Helena Savimbi et Cheya Savimbi, enfants du chef rebelle angolais Jonas Savimbi au tribunal de Nanterre le 3 fevrier 2016

Cette apparition a choqué les membres de la famille du défunt qui y voient un mépris total pour l’œuvre de leur père. En effet, pourquoi dépeindre ainsi une telle icône ? Faut-il rappeler que Jonas Savimbi au-delà de la personne est un trésor national pour l’histoire de l’Angola ? Comment comprendre qu’il puisse être représenté de la sorte ? Lui qui s’est battu pour la libération d’un peuple.


Une telle peinture contribue à répandre une image erronée du leader qu’il a été. Et d’ailleurs pourquoi devrions-nous accepter que des meneurs africains soient à ce point banalisés voire infantilisés ? La place de Jonas Savimbi n’est pas dans un banal jeu vidéo, même si 250 millions de personnes y jouent, mais dans un musée, car Jonas Savimbi c’est l’histoire d’un pays, d’un peuple et surtout d’un continent. Par conséquent, ce n’est pas seulement à la famille de ce dernier de s’insurger contre ce méfait, mais bien à chacun d’entre nous, car aujourd’hui c’est Jonas Savimbi, demain ce pourrait être au tour de Kwame Nkrumah, Soumangourou Kante ou encore Mansa Moussa. Nous devons imposer le respect de nos héros, car après les avoir tous tués sans exception, ils veulent aussi effacer les souvenirs que nous gardons d’eux. En attendant, l’affaire a été portée devant les tribunaux français.
 

 

Photo Gallery

FabAfriq Facebook Activity